Une fente labiale sur son bébé à la naissance, tout va bien!

Tout le monde a sa place ici pour écrire un bout de son histoire, l’envie de la mettre sur papier et la partager est généreux et je te remercie encore toi qui nous partage cela juste pour notre information et connaissance à tous. Texte anonyme par une abonnée de la page FB 😉 Si vous en avez envie aussi : cliquez ici pour tout savoir

« S’informer pour mieux appréhender »

Ce témoignage est basé sur un vécu, un ressenti. Il n’est en rien un article médical.

J’étais enceinte. Mon accouchement fût programmé : bébé ne souhaitait pas prendre la position idéale et son poids estimé me posait question concernant un accouchement naturel.

Futur papa m’a donc accompagné tout au long de la césarienne. Bébé est arrivé, un face-à-face express… et le voilà parti avec papa pour tous les examens. Pour ma part, la chirurgie devait continuer ! La sage-femme m’indique qu’elle repasse très rapidement me voir pour me donner des nouvelles de bébé.

Effectivement, elle est revenue et a informé mon gynécologue d’un « soucis ». Il indique ne rien avoir repéré lors des échographies. Tous ces échanges médicaux ont été réalisés en chuchotant … ce qui m’a fortement perturbée jusqu’au terme de la chirurgie.

Arrivée à la salle de réveil, le pédiatre vient me voir en m’indiquant que bébé est né avec une fente labiale. Qué Za Ko? Entre toutes ces émotions, j’étais un peu perdue ! Heureusement, papa gérait la situation en salle de néonatologie.

Je définirais (à ma façon et surtout selon la situation de bébé) la fente labiale comme une malformation de la lèvre supérieure de bébé, sans déformation du palais. Physiquement, certains disaient que bébé avait une « bouche en cœur ». Plus fréquemment, certains parlent de « bec de lièvre », notion que je trouve ingrate.

Pour bébé, il n’y avait aucune incidence sur le fait de s’alimenter. La malformation n’était qu’esthétique, cela constituait un charme à bébé.

Beaucoup d’interrogations à la maternité, et deux mois plus tard, nous avons été reçu par le chirurgien pour planifier l’intervention médicale. Un rendez-vous très attendu : un chirurgien rassurant sur l’opération à venir, il nous indique que cette malformation ne s’explique pas, et que pour notre part, elle n’est pas génétique.

Trois mois plus tard, nous sommes accueillis au service pédiatrique de l’hôpital pour cette fameuse intervention : bébé a 5 mois. Tout le long du séjour, je suis restée près de lui et papa nous rejoignait tous les jours.

La veille de l’opération, le chirurgien est venu à notre rencontre: cette proximité et cette écoute nous a rassuré.

Nous avons accompagné bébé jusqu’au bloc opératoire : papa a réussi à endormir bébé avant d’entrer au bloc et à me rassurer.

Nous sommes partis nous balader, sur les conseils de l’équipe médicale. Un peu avant la fin de l’opération, nous avons repris place dans la chambre de bébé en attendant des nouvelles.

Mon portable a sonné et le chirurgien lui-même m’informait de la fin de l’opération, qui s’était bien déroulée. Bébé allait revenir en chambre rapidement, après un passage obligatoire en salle de réveil.

Une heure plus tard, bébé arrivait en chambre et j’étais complètement chamboulée car nous connaissons notre bébé comme dynamique et l’effet de l’anesthésie générale le rendait très fatigué. Il avait la tétine dans la bouche ce qui ne me permettait pas de voir directement le résultat de l’opération.

L’équipe médicale nous a accompagné pour retirer la tétine et visualiser. Je me suis retenue de fondre en larmes tout le long de la présence de l’équipe.

Dans la nuit en amont de l’opération, la puéricultrice m’a dit qu’il fallait vivre cette expérience « comme une nouvelle naissance ».  Je n’ai pas accepté ses propos car malgré cette malformation, nous avons toujours été très fiers de notre bébé et cela fait parti de son histoire personnelle !

Pour nous, c’est un champion : il a géré la douleur à sa façon et il a même trouvé le temps de faire du charme aux infirmières. Lorsque le chirurgien nous a fait part de cette anecdote, cela nous a bien fait sourire !

Trois heures après l’opération, bébé a pris son premier biberon ! Il a épaté l’équipe médicale car il a bu entièrement son biberon sans difficulté !

L’hospitalisation a duré quatre jours et nous tenons à évoquer la présence et l’accompagnement de qualité que nous avons pu bénéficier tout au long de l’hospitalisation.

Un accompagnement médical est également mis en place à la suite de l’intervention : un passage journalier d’infirmières à domicile pour vérifier la cicatrisation (durant une dizaine de jours), puis une consultation médicale avec le chirurgien sous les dix jours. Puis, tous les trois mois et au fur et à mesure, les visites s’espacent.

Nous parlons avec bébé de cette épreuve de la vie, notamment en lui lisant des histoires. Celle du petit renne (issu de La magie de Noël de Lorella Flamini) : ce petit renne n’avait pas une truffe noire (comme les autres) mais un nez rouge. Le petit renne était triste car certains se moquaient … Sa maman le défendait et le rassurait en lui expliquant que ce nez rouge lui allait parfaitement bien. La bonne fée des étoiles le savait triste, elle amena le petit renne rencontrer le Père Noël au Pôle Nord. Ce dernier a perçu de suite les potentialités du petit renne : son nez allait éclairer sa route lors de la distribution des cadeaux de Noël. Le petit renne était fier car il était à la tête du groupe des rennes. Ceux qui s’étaient moqués étaient désormais bien jaloux …

Mieux s’informer pour mieux réagir face à une situation courante !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s